... bien des choses se passent entre le moment où le compositeur reçoit une commande et celui où l'auditoire découvre une pièce toute neuve, dans une forme complète et achevée. 

Patria-Serenade 1991
Escapade, pièce pour quatuor à cordes

Création

Avant qu'un quatuor à cordes ne prenne vie devant son premier public et ne trouve là sa raison d'être, se vit toute une aventure belle et passionnante, celle de la naissance de la pièce, de sa conception à sa réalisation.

Pour moi, si une création telle qu'une composition musicale devient, une fois sa partition terminée, un objet indépendant qui échappe au temps et à son créateur, la gestation de l'oeuvre, elle, est au contraire étroitement mêlée à la vie, à tout le va-et-vient environnant, aux mouvements de la pensée ou du coeur, dont la pièce en préparation se nourrit et devient par là même un reflet toujours subjectif.

Toute à mon plaisir de faire de la musique et d'en créer, j 'ai eu envie pour une fois de faire partager un peu de cette tranche de vie aux auditeurs, et de proposer un regard - une oreille - qui va plutôt "guigner" du côté des coulisses; ainsi, de l 'étincelle suscitée par un groupe d'enfants qui jouent et qui sont le point de départ du thème du quatuor, on peut suivre quelques étapes de la construction de la pièce, dans 1 'élaboration d'un discours qui d'abord vient par bribes, par intuition, qui constitue ensuite peu à peu sa forme et ses structures, et se complexifie avec le temps pour trouver finalement sa cohérence propre et aboutir à une oeuvre mûrie, celle qui seule va subsister et exister pour un public et des musiciens.La création se nourrit de tous ces échanges entre l'auteur et son environnement, et ne s'anime qu'à travers la recherche des musiciens qui deviendront ses interprètes, et qui viennent enrichir la pièce de leur personnalité. "Escapade", qui réunit tous ces éléments en mouvement, se veut une métaphore de la vie d'une créatrice, de musiciens, et un reflet de tous ces petits événements qui jalonnent notre parcours au quotidien. 

Irène Hausammann 

Je tiens à remercier Rainer Boesch et Keith Clay pour leur précieuse assistance.


 

Liens